Green Cyclette

Résultats de recherche pour : consigne

MiniatureDurabL

DurabL vient renforcer l’offre de consigne à Rennes

Tout nouveau, tout beau, DurabL allie consigne et livraison à domicile pour démocratiser le vrac et le zéro déchet à Rennes.

Allier sobriété et simplicité

Ça ne vous aura sans doute pas échappé : être un consommateur responsable n’est pas toujours simplissime. Ce constat, Donatien Lemaître le faisait déjà en 2015 dans son film Ma vie zéro déchet. Cinq ans plus tard, si beaucoup de lignes ont bougé, il reste du chemin pour que sobriété rime avec simplicité.

Et c’est bien ce qui a motivé Rod et Nico à ouvrir DurabL le 10 février dernier. Je dois dire que j’adore l’incipit de leur éco-manifeste dans lequel je me suis un peu (pas mal ?) reconnue. Ils y parlent virevoltes, sauts de puces, cabas, bocaux, organisation, courses en tout genres, mémoire, oublis, valeurs, alignement…

Parce que oui, nous vivons (beaucoup trop ?) à cent à l’heure et que faire ses courses de manière responsable n’arrive pas toujours à s’insérer dans nos agendas (encore beaucoup trop ?) surbookés !

Durabl : le vrac simple et cohérent

Véritable leitmotiv depuis le début de leur projet, Rod et Nico ont réussi leur pari : pour nous clients, consommer vraiment zéro déchet devient simple comme un jeu d’enfant (cliquable) !

Tout commence sur le site e-commerce de DurabL qui propose 10 rayons pour 300 références de produits (fournis par une trentaine de producteurs majoritairement locaux). La navigation est hyper simple, et tout en offrant une large gamme de produits, on ne se perd pas dans une multiplication inutile de produits équivalents.

MiniatureDurabL
DurabL vient enrichir l’offre de consigne à Rennes

 

Durabl : une consigne à prix unique

Là encore, la simplicité prévaut. Quelque soient le contenant des produits que vous choisirez, toutes les consignes sont tarifées à 80 cts / pièce. Et pourtant, elles sont légion ! Le verre est bien entendu privilégié : pots, bouteilles, bocaux, mais aussi quelques bidons en plastique (recyclés) lorsque les règles d’hygiène l’exigent.

Quant aux sachets en papiers kraft, vous pouvez soit les ré-utiliser, recycler ou composter vous même, soit les rendre à Durabl qui s’en chargera pour vous !

Pour les retours ? Rien de plus facile : une fois vides, vous les redonnerez à DurabL au moment de vos achats suivants. Comme ça, plus de question à se poser : tout ce qui vient de chez DurabL peut repartir chez DurabL !

Commandez, c’est livré !

Situés dans les mêmes locaux qu’Urby, DurabL a naturellement mis en place un partenariat avec ces nouveaux acteurs de la logistique et de la livraison urbaine vertes. Grand bien leur en a pris ! Ce partenariat est cohérent à bien des égards :

D’abord, il nous fait gagner du temps et beaucoup d’énergie, à nous clients débordés par nos rythmes de vie effrénée. Les statistiques sont éloquentes : non seulement faire ses courses prend beaucoup plus de temps qu’il y a 50 ans, mais en plus la voiture personnelle est massivement plus utilisée qu’à cette époque. Si on rajoute à cela l’organisation qu’impliquent des courses zéro déchet, la livraison offre un service +++ à nous pauvres consommateurs du 21ème siècle…

Ensuite, les tarifs sont plus que raisonnables : à 4,50 € en dessous de 60 € d’achat et 0 € au dessus, cela équivaut à peut près à ce que vous aurait coûté votre trajet jusqu’au magasin (voir beaucoup moins cher en cas de gros panier).

Bien sur, vous pouvez aussi choisir de venir chercher vos courses vous même dans les locaux de DurabL. Bon, ok, vous aurez le plaisir d’échanger avec Rod ou Nico (dans le respect des règles sanitaire il va s’en dire). Mais à moins que vous ne passiez à côté, il serait dommage de vous rajouter un trajet qui peut si facilement être évité !

https://youtu.be/LqfIAltGJJo
DurabL : le vrac simple et cohérent

Durabl : vers plus de cohérence

Vous l’avez compris, DurabL inscrit le zéro déchet dans la simplicité ET dans la cohérence, recherche qui colore leur projet de bout en bout…

Dans leur démarche tout d’abord. Tout comme de nombreux acteurs des transitions écologiques, Rod et Nico sont tout deux issus de secteurs professionnels bien étrangers à ces questionnements. Le premier vient du monde des start-up de la tech et le second des métiers de conseil en Allemagne. Tout deux ont expérimenté le zéro déchet, bien avant de commencer à imaginer cette reconversion professionnelle. C’est d’ailleurs cette pratique quotidienne, ses joies et ses difficultés qui est à l’origine de DurabL.

Naturellement, ils sont tout deux écœurés devant le gâchis des emballages jetables et voient dans la consigne une solution idéale pour alléger les poubelles des consommateurs (et donc des collectivités). Ainsi, tous les contenants que vous trouverez chez eux sont consignés, y compris les bouteilles de bière, de vin, les bocaux de sauces tomate… Parce que s’il est vrai que chacun est libre de ré-utiliser ces contenants à sa guise, il est aussi vrai que la grande majorité finissent au mieux au recyclage, au pire à la poubelle…

Comme ils le suggèrent si bien, plus de chaîne de lavages et une standardisation des contenants (bocaux et bouteilles en tout genres) simplifierait la vie de bien des gens… En attendant, ils ont épluché l’offre de bien des producteurs pour retenir uniquement ceux pour qui la consigne est possible. Ce qui, qu’on se le dise, est encore aujourd’hui loin d’être une majorité.

Durabl : pédagogique et visionnaire

Cette simplicité et cette cohérence ont toute les deux un double objectif. Pour le premier, j’espère que cet article a su vous le rendre très claire… Quant au second, il est pédagogique et visionnaire.

A ceux qui pensent encore que le zéro déchet est une « mode de bobos » DurabL préfère répondre par des actes plutôt que des discours. Avec des prix délibérément tirés vers le bas, ils espèrent attirer de nombreux clients pour que la consigne (re-) devienne une évidence et les déchets un vieux souvenir. Et quand une cliente leur affirme que le zéro déchet, elle s’en fout et que ce qui compte, c’est que ce soit pratique et abordable, Rod et Nico ont de quoi savourer cette petite victoire !

Quand à leur vision, elle parle de multiplier des tas de choses : outils pédagogiques (parlons du compte CO2 !) les partenariats zéro déchets et les partages d’espaces. Alors forcément, je ne peux que leur souhaiter bonne route, et vous encourager à les soutenir, eux et tous les acteurs de la consigne à Rennes !

Cet article vous a plu ? Retrouvez-en d’autres ici !

Vous avez un projet et souhaitez que Green Cyclette vous accompagne ? Contactez-moi !

Pour aller plus loin :

FBRapportezmoi

Consignes : ces initiatives qui fleurissent à Rennes /1.

Cet article pourrait commencer comme une célèbre BD gauloise. Encore courante dans les années 80, la consigne a presque disparu du paysage de la consommation française. Presque ? Mais oui, car ce serait sans compter sur les convaincus du zéro déchet, les acharnés de l’économie circulaire. Bref, ceux qui ont décidé que oui, les emballages aussi ont le droit à de multiples vies !

Rapportez-moi : la consigne des magasins Scarabée
Rapportez-moi : la consigne des magasins Scarabée

En raison d’un essaimage massif de ces initiatives de consigne en France, je me dois d’abandonner la comparaison avec nos irréductibles gaulois ici. C’est comme ça : la publicité mensongère, c’est vraiment pas mon truc… J’y tiens : du vrai, du concret, voici bien ce que je vous promets ! Avec un focus sur Rennes, parce que quand même, c’est bien là que je niche.

I will be back !

Rendons à César (ou Terminator) ce qui est à César (ou Terminator) : l’idée de ce billet m’est venu grâce au tout nouveau service des magasins Scarabée Biocoop « Rapportez-moi ».

Le concept en est hyper simple : vous achetez un produit qui participe à l’opération, vous l’utilisez, vous ramenez son contenant. Il sera ensuite lavé puis ré-utilisé pour emballer un nouveau produit ; qui sera à nouveau vendu dans un magasin scarabée, puis utilisé, puis rapporté, etc… Super fastoche hein ? Pour nous utilisateurs, c’est en effet bête comme chou. Pour les magasins, mettre en place ce service n’a pas vraiment été de la tarte !

FBConsigneRennes
Rapportez-moi : la consigne des magasins Scarabée

Et oui, on compte plus de 26 partenaires autour de ce projet : les magasins biocoop (9), les producteurs ayant accepté d’emballer leurs produits dans ces bocaux (une quinzaine), le coordinateur du projet Uzaje et la feuille d’érable qui s’occupe du nettoyage des contenants.

Avec à peu près 150 références en magasin, c’est une réduction importante des déchets qui est proposé par Scarabée et ses partenaires. Et les répercutions sont suffisamment enthousiasmantes pour que j’ai envie de vous en faire la liste :

  • Réduction de 75% de l’énergie et de 33% des besoins en eau par rapport à ce qu’aurait demandé le recyclage de ces contenants (source ADEME).
  • Réduction des tonnage de déchets à traiter pour les communes où résident les clients des magasins.
  • Création d’emploi : à ce jour, 4 postes ont été créés chez La feuille d’Érable pour assurer le nettoyage de ces contenants. Et quand le service sera pérennisé, c’est sur une grosse vingtaine de personnes qu’il reposera.
  • Modifier les habitudes des producteurs : avec ce projet, c’est 15 producteurs de l’écosystème rennais qui ont changé leurs pratiques d’emballages.
  • Augmenter le volume de biens réemployés ! Passé de 780 000 à 1 million de tonne entre 2014 et 2017 (source ADEME), le ré-emploi a décidément de l’avenir devant lui !

Rapportez-moi : vraiment une consigne ?

Et bien non, pas vraiment… Comme Scarabée ne vous facture ni les bocaux, ni les bouteilles des produits participants à l’opération, il ne vous redonnera pas non plus d’argent à leur retour. Tout repose donc sur la bonne volonté des clients. Et l’envie d’inscrire leur consommation dans une démarche vertueuse pour l’environnement !

A noter : vous n’avez pas besoin de laver les contenants que vous ramenez aux magasins. Les couvercles des contenants ne sont pas indispensables, mais forts bien venus !

Consigne à Rennes : une série d’articles

Certains l’auront noté : cet article a un numéro (le 1) au bout de son titre. Non, mon doigt n’a pas fourché sur le clavier et ce numéro annonce bien une série d’articles sur la consigne à Rennes.

Mais pourquoi donc me direz vous ? D’abord parce que l’occasion fait le larron et que plein de choses se passent en ce moment à Rennes à ce sujet. Ensuite, parce que les occasions, c’est pas naze du tout (les Elles, ce clin d’œil est pour vous) et que le calendrier y est propice…

Et oui, figurez-vous que le 3 novembre prochain aura lieu à Lille la 4ème édition des rencontres techniques nationales de la consigne et du ré-emploi des emballages. Le programme est alléchant, les intervenants de choix et une fois n’est pas coutume, je regrette un peu de ne pas être lilloise pour y assister…

Le mois de novembre ne s’arrêtera pas là (sans blague) dans ses évènements importants pour le zéro déchet. A peine deux semaines plus tard, ce sera la semaine européenne de la réduction des déchets.

Alors oui, consigne et zéro déchet, je vais parler de vous et de ceux qui vous portent avec grand plaisir dans les semaines à venir !

Cet article vous a plu ? Retrouvez en d’autres sur le blog de Green Cyclette !

Vous avez un projet et souhaitez être accompagnés par Green Cyclette ? Contactez-moi !

FBAlbertine

Contenants consignés à Rennes / 3 : Albertine en consigne

Albertine en consigne, c’est l’histoire d’une nana que j’étais drôlement contente de rencontrer ! Pourquoi ? Et bien parce qu’à travers sa toute jeune entreprise, Mélanie Grandmoulin défend des valeurs qui me sont chères ! Lisez plutôt : « On livre des produits assez chouettes : du lait (comme à l’époque), des oeufs, de la crème, des jus, du cidre, de la bière… Produits à maximum 30km de Rennes, et tout, en contenant en verre consigné ! ». En résumé : des produits (majoritairement bio) en circuit court et 100% consignés au pied de votre porte… Moi j’adore !

Albertine en consigne

Chez Albertine, la consigne est traditionnelle

Alors que les produits « rapportez moi » et que les consignes chez EcoRennais reposent sur des modèles innovants, Mélanie a choisi un système beaucoup plus conventionnel :

On ré-invente rien, on essaie juste de remettre au goût du jour la consigne et de mettre les producteurs d’à côté au pas de la porte des consommateurs.

Mélanie Grandmoulin

Et c’est « juste » formidable ! Donc concrètement : vous remplissez votre panier sur le site E-commerce d’Albertine, celle-ci vous livre (tournée de livraison une fois par semaine), vous conservez et lavez les contenants en verre de vos produits, Albertine les récupère à votre prochaine livraison.

Un super rapport qualité prix

Et pour ne rien gâcher, les tarifs sont tout à fait attractifs. Je viens de comparer avec ceux d’enseignes de super-marché : non seulement les produits sont sensiblement au même prix, mais en plus, vous êtes certains qu’ils ont été produits à côté de chez vous.

Quand au coût de la livraison, Albertine a fait très fort avec son système d’abonnement. Je me confesse d’emblée : je n’ai jamais beaucoup eu recours aux services de livraison. J’ai donc il est vrai assez peu de points de comparaison. Ceci dit, 6 € la livraison unique, 9 € les deux livraisons par mois, 12 € les 3, c’est vraiment peu si on pense à ce que vous coûterait le déplacement chez chacun des producteurs. Et comme l’indique le site : « si vous trouvez nos produits en magasin spécialisé, ils sont souvent 10% plus cher ».

Dans les coulisses d’Albertine en consigne

Quand et comment est né ce projet ? Qui sont les partenaires d’Albertine ? Quels nouveaux produits sont à l’étude ? Quels sont ses contenants de rêve ? Quelle importance accordé au bien-être animal ? Mélanie a eu la gentillesse de répondre à mes questions (envoyées par mail, because confinement) dans cette vidéo :

https://www.youtube.com/watch?v=E3Dt1dyHJM8
Interview de Mélanie Grandmoulin, fondatrice d’Albertine en consigne

Avant de conclure cet article, je souhaite « juste » ajouter une petite chose. En même pas un an, Mélanie a fait voir le jour à Albertine en consigne, en 18 mois, EcoRennais a ouvert ses portes : vraiment, je tenais à le dire, je suis bluffée par tant d’efficacité ! En plus, ces sociétés permettent de générer de l’emploi local et sont vertueuses pour la planète ! Alors voilà, franchement, chapeau bas !

Cet article vous a plu ? Retrouvez les articles précédents sur la consigne à Rennes ou d’autres sujets écoresponsables sur le blog de Green Cyclette !

Vous avez un projet et souhaitez que Green Cyclette vous accompagne ? Contactez-moi !

VisuelsEnboiteleplat

En boîte le plat débarque à Rennes : la consigne à Rennes / 4

Originaire de Toulouse, le concept « En boîte le plat » est arrivé cet été sur Rennes. Leur idée est géniale : proposer à un ensemble de restaurateurs la mutualisation des contenants consignés de leurs plats à emporter.

VisuelsEnboiteleplat
En Boîte le plat à Rennes

Le plat à emporter : stop aux emballages jetables

Avec plus d’un million de plats à emporter vendus chaque jours en France, les restaurateurs sont devenus des serial producteurs de déchets. Et quand on pense à la durée de vie de ces emballages – 30 minutes en moyenne – il y a de quoi s’affoler ! Ce constat, Tristan Gaillard et Nicolas Monnot ont décidé de contribuer à le faire bouger.

Devenus amis pendant leur cursus à l’INSA de Rennes, leur vie professionnelle prend tout d’abord des chemins différents. Industrie agroalimentaire pour l’un, industrie automobile pour l’autre, insatisfaisant pour les deux. Un jour, au détour de leur fil d’actualité facebook, ils découvrent la publication d’un ancien collègue de l’INSA. Jonathan, de la promo précédant la leur, habite maintenant Toulouse et travaille pour l’association « Etic Emballages ». Leur curiosité est piquée, c’est le confinement (le premier), ils ont du temps, ils reprennent contact avec Jonathan qui leur explique de fond en comble l’objet de cette association.

Un projet associatif

En 2018, Jonathan butte sur un geste de son quotidien. Je vous le donne en mille : il en a ras le bol de voir s’accumuler les emballages des plats à emporter dans ses poubelles. Que faire ? Relancer la consigne devient vite une évidence. Rapidement rejoint par 6 consignautes (j’adore ce nouveau mot !), ils fondent l’association Etic emballages.

Tous ensemble, ils imaginent et construisent le projet de leur association et donnent naissance à un nouveau modèle : « En boîte le plat ».

https://www.youtube.com/watch?v=jvXDQEGKK3w
Green Cyclette rencontre En boîte le plat chez les Clandestines à Rennes

Mutualiser pour externaliser la consigne

Les restaurateurs proposant des plats à emporter le savent : ils partagent le plus souvent les mêmes clients. Quoi de plus normal ? A moins d’être très difficile ou très porté sur un plat en particulier, il semble logique de vouloir varier les plaisirs des « take away ».

Attention, le prochain paragraphe va parler chiffres et même vous proposer un petit problème mathématique. Vous êtes prêts ? Aller hop, c’est parti.

Si une centaine de clients vont régulièrement dans une dizaine de restaurants, combien faut-il de plats consignés pour répondre à leur commandes ? Je vous le dis tout de suite, au moins deux raisonnements complètement différents répondent correctement à cette question.

Dans le premier, on considère que chaque restaurant doit avoir autant de contenants consignés que de clients. Donc chaque restaurant doit avoir 100 plats consignés : 10 X 100 = 1000. Ça fait beaucoup (en production, en investissement, en stockage) !

Autre raisonnement possible : puisque les 10 restaurants se partagent les 100 clients, on peut considérer que tous les restaurants doivent avoir autant de plats que de clients. Donc 100 plats consignés. C’est déjà plus raisonnable (et raisonné) ! Mais bon, d’ici à ce que les restaurateurs aient le temps de mutualiser leurs plats consignés, les poules auront des dents !

Je dirais plutôt, d’ici à ce que les restaurateurs puissent mutualiser leurs plats consignés, en boîte le plat sera né !

En boîte le plat : une nouvelle freechise ?

Vous l’aurez compris, Etic emballages est une association de convaincus militants pour « une société plus responsable et plus solidaire ». Leur concept de consigne mutualisé est novateur, vertueux, futé. Une franchise serait-elle née ? Que nenni ! Ils décident plutôt de confier le projet de leur association à Tristan et Nicolas pour que ceux-ci puissent le porter à Rennes, notre chère contrée !

Emballés (ok, je sors…), ces derniers fondent à Rennes l’association Pakadur (qui veut dire emballage en breton), lancent une campagne de Crowdfunding, achètent leurs plats duralex, des caisses de stockage, un vélo (oh oui !), créent un partenariat avec la feuille d’érable, un autre avec Esprit planète où ils stockent leurs boîtes, postulent puis intègrent TAG 35, convainquent une dizaine de restaurateurs du centre ville rennais d’intégrer leur réseau, proposent des ateliers de sensibilisation à la consigne… Je sais pas vous, mais moi j’en ai un peu le tournis !

En boîte le plat, concrètement, comment ça marche ?

Pour les consommateurs, c’est hyper simple. Vous allez dans un restaurant proposant les contenants d’en boîte le plat, vous versez une consigne de 3 € (comment c’est pas cher !), vous dégustez vos mets, vous rapportez le plat dans n’importe lequel des restaurants du réseau. Là, soit ils vous rendent votre consigne (même si ce n’est pas là que vous l’avez « achetée »), soit ils vous redonnent un plat tout propre avec un nouveau repas à emporter.

Pour les restaurateurs c’est tout aussi simple. L’adhésion à en boîte le plat ne coûte que 10 à 20 € par mois (comment c’est pas cher !) et grâce à eux vous avez accès à leur stock de boîtes que vous facturez aux client intéressés. A leur retour, vous les lavez (les boîtes hein, pas les clients) et vous les remettez dans le circuit. De leur côté, Tristan et Nicolas s’occupent régulièrement de ré-équilibrer les stocks de boîtes chez l’ensemble des restaurateurs.

Une cyclo-initiative pour des plats à emporter zéro déchet

En plus de ça, ils livrent tous les restaurateurs à vélo ! Oui, je sais, la cyclo-mobilité, c’est un peu mon pêché mignon. Il faut dire qu’en terme de mobilité décarbonée, elle est difficile à égaler… Je vous laisse donc imaginer ma joie quand j’ai appris que Pakadur fait voyager toutes ses boîtes à plats à bord de bicyclettes cargo (sans assistance électrique, entièrement molleto-tractées s’il vous plaît !). Non, franchement, chapeaux bas, casquettes en l’air, vraiment, bravo !

Comment soutenir cette super initiative ?

En utilisant leurs services pardi ! Profitez de plats à emporter sans encombrer vos poubelles, foncez chez les restaurants participants au projet !

Et puis c’est pas tout ! En phase de test depuis quelques semaines à peine, Pakadur envisage de proposer leurs services sur des festivals, sur des marchés… Autant de raisons supplémentaires pour faire circuler les boîtes de Pakadur et de les suivre sur leur page Facebook

Cet article vous a plu ? Retrouvez les articles précédents sur la consigne à Rennes ou d’autres sujets écoresponsables sur le blog de Green Cyclette !

Vous avez un projet et souhaitez que Green Cyclette vous accompagne ? Contactez-moi !

Copie de MiniatureEcorennais

Rennes en consigne / 2 : Ecorennais, la boutique 0 déchet à emporter ouvre ses portes

Habitants des quartiers nord est de Rennes, réjouissez-vous ! Le magasin EcoRennais a ouvert ses portes mardi dernier, et avec lui, c’est un tout nouveau service qui débarque dans notre métropole.

Le vrac : l’allier du zéro déchet

Encore franchement anecdotique il y a quelques années, le vrac occupe une place de choix dans les magasins bio (Scarabée par exemple) et a donné naissance à quelques beaux magasins à Rennes (Day by day, Ti Grain, l’épicerie au grand air, Mamie mesure par exemple). Il fait tellement d’adeptes, que les supermarchés traditionnels lui aménagent des allées dans leurs rayons bio.

Quand on sait que les poubelles des français pèsent en moyenne 580 kg par an et qu’elles n’ont diminué que de 2% en 10 ans (chiffres de l’ADEME), on ne peut que se réjouir de voir les offres de vrac se multiplier.

Copie-de-MiniatureEcorennais
EcoRennais : la nouvelle boutique click & collect de Rennes

EcoRennais : le vrac en click & collect

Ouverte depuis une petite semaine, la boutique EcoRennais a de quoi donner un très beau coup de booste au vrac et à la diminution des déchets à Rennes. Voici ce qu’elle vous propose :

Grâce à leur site de commande en ligne, vous remplissez votre panier, Pauline et Thiébault conditionnent tout ce que vous avez commandé, vous n’avez plus qu’à venir chercher vos courses dans leur boutique.

Celle-ci a été meublée par Boby & Co, dont je vous parlais dans cet article. Article qui a d’ailleurs permis à Pauline d’EcoRennais de découvrir le travail de Boby & Co et de faire appel à eux ! Je dois dire que cette annonce de Pauline m’a réjouit ! Et que je n’en suis pas peu fière !

EcoRennais : un service de consigne gratuite !

Pour alléger encore votre emprunte carbone, Pauline et Thiébault ont fait le choix de proposer un service de consigne gratuite à leurs clients !

Deux types de contenants vous sont proposés pour emballer vos produits secs et vos fromages, les fruits et légumes sont servis dans des sacs en tissu et les liquides et les produits laitiers dans des contenants en verre.

Ce qu’ils proposent est tellement complet que nous avons tourné une petite vidéo dans laquelle Pauline vous explique tout ça… Choix des partenaires, méthodes d’étiquetage, réseaux dont ils font partie : tout y est !

https://www.youtube.com/watch?v=SsQ_QB9mMpE
Green Cyclette vous présente EcoRennais

Séduits ? Rassurez-vous, moi aussi ! Alors que vous soyez un particulier ou une entreprise des quartiers nord est de Rennes, n’hésitez plus une seconde et foncez sur leur site !

Cet article vous a plu ? Retrouvez le premier article sur les consigne à Rennes ou d’autres sujets écoresponsables sur le blog de Green Cyclette !

Vous avez un projet et souhaitez que Green Cyclette vous accompagne ? Contactez-moi !

 

 

SERD

Contribuez avec Green Cyclette à la SERD 2020 !

Il y a un petit mois, j’entamais avec vous une tournée des initiatives de consigne qui fleurissent sur Rennes. Bonne nouvelle : les quatre articles qui en sont nés n’ont évidement pas suffit à faire le tour de la question ! Qu’à cela ne tienne, j’y reviendrai avec plaisir tant ce service est important dans la réduction de nos déchets ménagers.

Il y a quatre semaines, je vous le disais déjà : la SERD arrive à grands pas. A cinq jour du lancement, je suis très heureuse (et fière) de vous annoncer que pour cette édition 2020, Green Cyclette sera de la partie !

SERD2020
Contribuez avec Green Cyclette à la SERD 2020

La SERD ? Mais késako ?

Née en 2009 à la suite de la conférence européenne sur la réduction des déchets, le programme Life + (l’instrument financier pour l’environnement de la commission européenne) finance en grande partie La Semaine Européenne de la Réduction des Déchets.

En France, la SERD est naturellement coordonnée par l’ADEME et TOUT le MONDE peut y participer. Nous pouvons tous nous mobiliser : Collectivités territoriales, administrations, associations, entreprises, établissements scolaires, maisons de retraite, hôpitaux et particuliers. Comment ? En menant des actions pour « sensibiliser au fait de : mieux consommer, mieux produire, prolonger la durée de vie des produits et jeter moins ».

Rien que l’année dernière, la SERD a vu se dérouler de superbes actions comme le premier marché sans plastique de Raiatea en Polynésie Française, ou encore le lancement d’une économie circulaire des aides techniques médicales en Haute-Saône.

SERD 2020 : une édition un peu spéciale

Cette année, il est inutile de la rappeler, les circonstances sont très particulières… Mais au lieu d’annuler l’évènement, l’ADEME a préféré le maintenir en encourageant chacun à « organiser des évènements à distance en privilégiant des formats digitaux ».

Oh la bonne idée ! Attrapant ma créativité à deux mains, j’ai voulu proposer un évènement autour de la fresque de la Renaissance écologique. Labellisée en fin de semaine dernière par l’ADEME, mon « action » a rejoint la superbe liste d’initiatives qui se tiendront du 21 au 29 novembre prochain.

Imaginer le monde que nous voulons avec la fresque de la renaissance écologique

Cette fresque de la renaissance écologique, je peux vous dire que je n’ai pas fini de vous en parler ! Entre-aperçue il y a quelques mois sur une conférence en ligne, j’ai eu le bonheur de la re-croiser sur mes réseaux sociaux. Depuis, je suis adhérente de l’association et mon admiration pour ce formidable outil ne cesse de grandir !

Cette fresque a été imaginée par Julien Dossier et dessinée par Johann Bertrand d’Hy. Et pour la résumer en quelques mots, je m’en vais vous citer Rob Hopkins, fondateur du mouvement des villes en transition.

« Nous avons la chance inouïe que Julien Dossier ait […] créé un outil puissant grâce auquel quiconque peut aider son entourage à imaginer un nouveau lendemain ».

Tiré de Renaissance écologique : 24 chantiers pour le monde de demain, de Julien Dossier et préfacé par Rob Hopkins.

Et si nous imaginions ensemble notre territoire zéro déchet ?

Alors voilà, nous y sommes presque : les 22 et 25 novembre prochain, de 14H à 17h, je vous emmènerai arpenter la fresque comme si nous y étions. Notre seul mot d’ordre sera le suivant : « le meilleur déchet est celui que l’on ne produit pas ». Quant à notre objectif commun, il sera aussi simple qu’ambitieux : « imaginer ensemble le territoire zéro déchet dans lequel nous voulons vivre ».

Inscrivez vous !

Vous souhaitez participer à un de ces ateliers ? Rien de plus simple : envoyez moi un mail à [email protected] en précisant bien la date de l’atelier que vous voulez rejoindre.

Ce qui me plaît le plus dans cette perspective d’ateliers, c’est qu’ils n’auront de sens qu’avec votre participation. Alors j’attends avec impatience vos inscriptions !

En attendant, n’hésitez pas à aller visiter le site de la Renaissance écologique ou encore celui de la SERD 2020 !

Cet article vous a plu ? Retrouvez d’autres sujets écoresponsables sur le blog de Green Cyclette !

Vous avez un projet et souhaitez que Green Cyclette vous accompagne ? Contactez-moi !

FBProducteursRecycleurszerodechetrennes

Élan créateur, une mine de producteurs recycleurs ! Focus mobilier.

Je vous en ai parlé à plusieurs reprises : j’ai rejoins la coopérative d’activité Élan créateur en novembre dernier. Pourquoi ? D’abord, parce que je partage profondément les valeurs de l’économie sociale et solidaire. Et puis, connaissez vous le dicton : « tout seul on va plus vite, ensemble, on va plus loin » ? Grâce à Élan créateur, je n’ai même pas eu besoin de choisir ! J’entreprends avec Green Cyclette tout en faisant partie d’un collectif. En gros, je suis maître à bord de mon bateau, ET je fait partie d’une super flotte de 150 entrepreneurs en Ille et Vilaine 🙂 ! La classe, non ?

Juste pour ceux qui auraient besoin d’un exemple (les autres aussi hein !), c’est Élan créateur qui a permis la naissance du collectif (dont je fais partie 🙂 ) des couturières masquées (confection de masques lavables en tissu majoritairement certifiés GOTS) !

Bien au delà de couturières masquées, les valeurs éco-responsables sont très présentes chez les entrepreneurs d’Élan. Qu’ils soient restaurateurs, couturier(ere)s, artisans ou plein d’autres choses, le recours aux matières premières écologiques et locales est vraiment important (tiens, tiens, y aurait-il un lien entre solidarité et respect de l’environnement ?)…

Et comme de l’écologie au recyclage il n’y a qu’un pas, les producteurs recycleurs sont nombreux chez Élan. Voyez plutôt :

FBProducteursRecycleurszerodechetrennes10
Producteur recycleur : la fabrique de Margaux

Dans le monde des producteurs recycleurs, les rénovateurs de meubles sont sans doute ceux auxquels les gens pensent le plus spontanément. Pourtant, l’attrait des meubles neufs leur mène parfois la vie dure. Franchement, quand on voit un vieux fauteuil comme sur la photo ci-dessus (la photo de gauche, avant que Margaux ne l’ait ressuscité), le réflexe de pas mal d’entre nous serait : « allez hop, à la benne ! Même chez Emmaüs ils n’en voudraient pas… » Quand on voit le résultat du travail de Margaux, il y a de quoi regretter quelques tournées à la déchetterie !

Heureusement, il existe encore des tapissiers d’ameublement comme la fabrique de Margaux ! Basée à Rennes, elle restaure depuis un an vos poufs, chaises, fauteuils, canapés et têtes de lit (à votre goût, « Si cela va sans le dire, cela ira encore mieux en le disant. » comme disait Talleyrand 🙂 ). Et puis comme Margaux a la créativité qui lui démange le bout des doigts, elle vend également des sièges chinés et restaurés en rêvant à leur future famille d’adoption.

Vous hésitez encore ? Vous avez peut-être raison : la fidélité de ses clients ne parle que trop bien d’elle ! L’essayer c’est l’adopter comme le chantait Thomas Fersen dans le chat botté, et c’est aussi prendre le risque d’y découvrir un petit gout de reviens-y… En plus, Margaux propose de partager ses compétence avec vous : vous pourrez venir restaurer vous-même votre siège en étant guidés. Ces ateliers reprennent mardi prochain, et tout à a été pensé pour que les conditions sanitaires du déconfinement soient respectées !

Chouette, non ? Et bien ce n’est pas tout : Margaux en a sous le coude ! Profondément convaincue par les vertus du collectif, elle est la présidente de l’association Comme un établi depuis octobre dernier. Association sur le point de devenir une coopérative (et de deux pour Margaux : Élan créateur + Comme un établi, je suis ébahie 🙂 ). Comme un établi, ce sera 1200 m2 d’atelier partagé, des machines outils à disposition (le genre de machines dont les artisans rêvent mais dont l’investissement est tellement lourd qu’ils ne peuvent normalement qu’en rêver), des artisans travaillant le bois, la peinture, le textile… Bref, Comme un établi, c’est une future coopérative en or (les statuts seront déposés dans l’été) qui a déjà trouvé son local et « offre la possibilité aux parties prenantes du projet de prendre part à la vie de la structure. Pour cela les personnes deviennent sociétaires en prenant 1 ou plusieurs part.s sociale.s dans la coopérative. Peu importe votre profil, vous pouvez contribuer et aider au lancement de Comme Un Etabli ! ».

Intéressés ? Le local a ouvert ses portes hier pour deux semaines de visites avant travaux. Pas encore inscrits ? Allez, dans ma très grande bonté, je vous accorde 5 minutes (le temps de finir de lire cet article 😉 ) pour cliquer et réserver votre place sur le créneau qui vous conviendra !

 

FBProducteursRecycleurszerodechetrennes9
Producteur recycleur : Palettes d’artiste.

Palettes d’artistes, c’est l’entreprise créée à Guer par Romain Geffroy, fabricant de mobilier sur-mesure en palettes recyclées. Arrivée en même temps que lui chez Élan Créateur, j’ai eu la chance de pouvoir échanger régulièrement avec Romain au cours de nos journées d’accueil dans la coopérative. Après avoir été barman pendant plusieurs années au Champs Commun (commerce coopératif de proximité : épicerie, bar, lieu de concert…), Romain a suivi la formation CREOPSS (Entrepreneur de l’Economie Social et Solidaire et du Développement Durable). Dans la foulée, il créait Palettes d’artistes (de ses mains, on peut le dire).

Tout comme Cyril et Adrien de Boby & Co (dont je vais vous parler juste après 😉 ), Romain maîtrise de bout en bout sa chaîne de surcyclage de bois de palettes. Et croyez moi, il ne s’agit pas « juste » de récupérer des palettes chez les commerçants du coin et de fabriquer du mobilier. Enfin si, mais justement, ce « juste » demande beaucoup plus de travail et d’investissement qu’on pourrait l’imaginer. Il m’a tout expliqué, je vous transmets :

D’abord, il faut savoir qu’il existe plusieurs types de palettes. Bah oui, sinon ce serait trop simple… Le top du top dans la famille des palettes, ce sont les palettes dites « Europe ». Facilement reconnaissables à leurs couleurs bleue ou rouge, elles sont super costaudes, et super difficiles à récupérer. Point de frustration mes amis, c’est pour la bonne cause : elles sont consignées. Donc réutilisables à go-go 🙂 ! Bonne nouvelle, hein ? En principe oui. En pratique, je ne sais pas… Le système de consigne ou « d’échange » mis en place oblige les transporteurs à trimballer des palettes vides sur des milliers de kilomètres avant qu’elles ne soient ré-utilisées. Heureusement, des entreprises essaient de rationaliser ces allées et venues… J’ai déjà envie de vous parler de Magic Pallet, (mais notez le), je me retiens 😉 et reste centrée sur notre sujet du jour…

Viennent ensuite les palettes dites « perdues », qui, comme leur nom le suggère, sont à usage unique (faut-il rire ou pleurer ? Dans le doute, je rigole un coup…). Voilà qui intéresse drôlement Romain ! Tout comme les rolls en bois (sortes d’étagères palettes), pareillement jetables, principalement fabriqués pour les pépiniéristes. Ça y est Romain a sa matière première :).

Eurêka me direz-vous ? Pas tout de suite. Avant de pouvoir être utilisés, ces palettes et rolls vont d’abord devoir suivre un (petit ?) circuit de réhabilitation. Petit 1, il sont mis à sécher, tout assemblés. Petit 2, Romain les démonte et offre une seconde session de séchage à ces palettes redevenues planches. Petit 3, Romain dépointe toutes les planches (au pied de biche, y a pas de secret il m’a dit). Bonjour le boulot ! Une fois toutes nues, Romain peut enfin stocker sa matière première à plat. Elle est prête pour une prochaine réalisation.

Parce que, je le répète pour ceux qui n’auraient pas été attentifs (c’est une blague hein 🙂 ), Romain ne fait QUE du mobilier SUR MESURE ! Et ça, c’est quand même suffisamment rare et pratique pour qu’on le répète plusieurs fois. Buffets, tables, mobilier de jardin, garde manger, meubles de cuisines… Tout ce que vous souhaitez, Romain vous le réalise (hyper bien !). Et puis c’est pas tout : Romain travaille aussi avec des professionnels pour aménager leurs boutiques, et adorerait travailler avec des collectivités sur des projets de mobiliers urbains en bois, des projets d’aménagements de bibliothèques…

Depuis novembre dernier, Romain a surcyclé près de 5 tonnes de bois « perdu », économisant la production de 7,5 m3 de bois « neuf ». Là, c’est Manutan qui le dit : une tonne de bois recyclé permet d’économiser 1,5 m3 de bois « neuf », et a l’équivalence énergétique de 700 kg de charbon ou 300 litres de fioul). Alors franchement, moi je dis chapeau (il est très souvent « chapeauté » 😉 ), et je vous suggère (fortement !) de penser à lui si vous avez besoin de nouveaux meubles. Pour le contacter, c’est facile : rendez-vous sur la page Facebook de Palettes d’artiste ou sur sa page membre d’Élan Créateur.

FBProducteursRecycleurszerodechetrennes11
Producteur recycleur : Boby & Co

Boby & Co, c’est l’éco-conception et la création artisanale de meubles et de structures légères en matériaux de récup’ et naturels. Alors moi, quand je lis un tel intitulé, j’ai tout de suite envie d’en savoir plus (ah mon insatiable curiosité…). Actifs depuis deux ans sur Rennes et son bassin, ils ont peu à peu gagné en notoriété, et il est fort possible que vous ayez déjà croisé leur productions sans le savoir (ou en le sachant, mais jouer sur la carte mystère est beaucoup plus amusante pour moi 🙂 ). Les 56 bacs de jardins de la ferme du Blosne ? C’est eux ! Les tables de tri de nombreuses cantines scolaires rennaises ? C’est eux ! Le four à pain de Perma G ? C’est eux aussi ! Je pourrais continuer comme un bon moment… Mais bon, je préfère vous raconter comment ils en sont arrivés à d’aussi beaux résultats 😉 !

Leur aventure commune débute il y a 8 ans avec la création du festival Momend’temps (festival itinérant de fermes bio en fermes bio, j’adore le concept !). Association sans le sou, les bénévoles ont fait fonctionner leur huile de coude (je ne sais pas ce que j’ai avec les coude aujourd’hui…) pour fabriquer les supers structures démontables de leur festival à partir de ce qu’ils pouvaient récupérer. A ce moment là, Adrien est ingénieur thermicien et travaille chez un fournisseur de toitures végétalisées. Cyril est lui coffreur bancheur et monte des murs en béton armé sur de gros chantiers de l’immobilier. Ils construisent déjà beaucoup, mais leurs valeurs écologiques sont trop souvent mises à mal. Qu’à cela ne tienne : ils décident de partir en voyage itinérant pour apprendre des techniques éco-responsables sur des chantiers collaboratifs. Deux années passées à sillonner le sud de l’Europe puis l’Asie.

Via la plateforme Helpx ou Workaway, ils rejoignent pour deux à quatre semaines des chantiers où ils apprennent des techniques traditionnelles, utilisant des matériaux locaux. La terre, le bois et la paille sont à l’honneur. Ils testent, apprennent, fabriquent des fours, des toilettes sèches, des habitations : leur champs de compétences et de possibles s’agrandit à vue d’œil. De retour en France en 2017, ils intègrent Tag 35, le propulseur d’entrepreneuriat collectif d’Ille et Vilaine. Deux mois plus tard, leur projet est mûr : Élan Créateur les accueille et leur permet de réaliser leur toute première commande.

FBProducteursRecycleurszerodechetrennes12
Producteur recycleur : Boby & Co

Au départ tourné vers les particuliers, les créations SUR MESURE de Boby & Co évoluent au fil des commandes reçues. Contactés par la ville de Rennes, Adrien et Cyril conçoivent des meubles de tris pour les cantines. Essentiellement fabriqués à partir de planches de palettes, leur plateaux est en PEHD, un plastique recyclable qui permettra une nouvelle utilisation si les cantines décidaient un jour de les remplacer. Les chantiers s’enchaînent : ils travaillent pour Mobilec, Digitaleo, l’épicerie zéro déchet Méli-Mélo…

Naturellement à l’arrêt pendant le confinement, Boby & Co est de nouveau prêt à recevoir vos commandes ! Que ce soit pour un usage personnel ou professionnel, vraiment, je ne vois pas comment vous pourriez ne pas trouver votre bonheur…

Cet article vous a plu ? Partagez, commentez, likez, foncez !

En attendant les prochains articles où je continuerai à parler des producteurs recycleurs d’Elan Créateur (ils sont vraiment nombreux :), vous pouvez lire et relire les articles déjà parus à ce sujet sur le blog Green Cyclette.

A très vite pour de nouvelles aventures !

Politique de confidentialité

Politique de confidentialité

Ecologie en entreprise Green Cyclette Rennes

Éditeur :Mathilde Guyard
SIREN 912127768

1 SQ COLMAR 35000 Rennes

Directeurs de la publication : Madame Mathilde Guyard Adresse électronique : [email protected]

Hébergement : Infomaniak

Conception : Prismo Communication

 

I-      Propriété intellectuelle :

Le site internet ainsi que tous éléments distinctifs y figurant (forme, mise en page, fond, structure, photographies, logos) sont la propriété exclusive de la société Mathilde Guyard.

Toute reproduction sans autorisation expresse de la société Mathilde Guyard pourra faire l’objet de poursuites.

L’accès au site internet est autorisé pour un usage personnel uniquement. Toute autre utilisation du site internet ou de son contenu est interdite. Cette interdiction concerne, notamment mais non limitativement, les agissements suivants :

  • utilisation commerciale du contenu du site internet ;
  • reproduction des noms, logos et marques ou de tout autre contenu disponible sur le site internet ;
  • téléchargement ou copie du contenu du site internet ;

II-    Liens vers d’autres sites internet :

L’utilisateur s’interdit de mettre en place un lien entre le site https://greencyclette.fr/ et un autre site internet sans l’accord exprès et préalable de la société Mathilde Guyard.

En aucun cas, la société Mathilde Guyard ne pourrait être responsable des conséquences des accès effectués à travers un lien pointant vers un autre site si ce lien a été mis en place sans son accord express.

La présence de liens hypertextes présents sur le Site – quel que soit l’existence préalable ou non de l’accord de la société Mathilde Guyard – ne crée pas une solidarité de responsabilité entre celle-ci et les propriétaires des autres sites quant au contenu des sites sur lesquels est redirigé l’internaute.

III-   Décharge :

La société Mathilde Guyard ne peut garantir l’exhaustivité et la véracité des informations présentes sur le site internet. De la même manière, elle ne peut garantir l’absence de modification par un tiers (intrusion, virus)

La société Mathilde Guyard ne sera responsable ni des dommages, temporaires ou permanents, causés au système informatique du visiteur, ni des pertes ou dommages éventuels (y compris, mais sans s’y limiter, la perte de données ou de profits) qui seraient subis suite à :

  • l’accès ou à la navigation sur le Site,
  • l’exploitation des informations contenues dans le Site,
  • la copie, la visualisation ou toute autre utilisation du

IV-   RGPD

  • Responsable du traitement des données

Tout traitement d’informations confidentielles communiquées à Mathilde Guyard est effectué sous la responsabilité de la société Mathilde Guyard, 1 SQ COLMAR 35000 RENNES

  • Demande de modification des données personnelles

Tout utilisateur des services de la société Mathilde Guyard peut modifier les données personnelles le concernant en lui adressant une demande par e-mail à l’adresse : [email protected]

Pour toute autre demande d’accès, d’obtention, de rectification, de suppression de compte client ou d’effacement de ses données personnelles, l’utilisateur pourra contacter la société Mathilde Guyard à l’adresse : 1 SQ COLMAR 35000 RENNES

  • Collecte des données personnelles

Les données personnelles de l’utilisateur sont collectées lorsque ce dernier effectue des actions sur  le site internet de la société, en s’inscrivant entant qu’utilisateur, en renseignant un formulaire de contact (nom, prénom, adresse mail, sexe, numéro de téléphone) ou en lui communiquant directement toute autres informations.

Les informations communiquées par l’utilisateur sont stockées dans les systèmes de la société pour l’utilisation des services.

Lorsque l’utilisateur visite le site web de la société Mathilde Guyard, il communique différentes données de navigation anonymes, telles que son adresse IP ou son historique de navigation. Le fonctionnement des services est basé sur l’utilisation des cookies.

Les données collectées permettent à la société Mathilde Guyard de traiter les demandes de l’utilisateur et répondre à ses besoins, gérer la relation commerciale, lui communiquer des informations commerciales telles que des offres, promotions, articles, améliorer son parcours utilisateur sur le site web de la société, procéder à l’analyse des données communiquées à des fins statistiques. Les données sont également utilisées pour communiquer avec l’utilisateur concernant ses commandes, les produits, les services ou mettre à jour les fichiers de la société.

  • Informations communiquées

Informations communiquées par l’utilisateur : ces informations sont collectées et enregistrées via le site web de la société. L’utilisateur peut choisir de ne pas communiquer certaines informations. Informations     collectées     automatiquement :     certaines     informations     sont     enregistrées  automatiquement telles que les cookies auxquels l’utilisateur autorise l’accès.

  • Gestion des données

Les membres de la société Mathilde Guyard ses filiales ou sous-traitants sont également soumis à l’obligation de secret lorsqu’ils traitent des données personnelles concernant l’utilisateur.Les données personnelles de l’utilisateur sont traitées à des fins de communication avec ce dernier,de marketing direct.

La société Mathilde Guyard s’efforce de s’assurer que les données de l’utilisateur sont à jour et correctes. Les données obsolètes et inutiles sont supprimées dès que cela est possible. Les données concernant l’utilisateur sont protégées par le biais de droits d’accès personnels.

Les données collectées par la société Mathilde Guyard ne sont soumises que dans la mesure permise par la législation applicable comme indiqué dans la description du fichier aux autorités et autres entreprises de télécommunication.

  • Principes de protection et de gestion des données

La société Mathilde Guyard a à cœur la protection de la vie privée des utilisateurs lors de  la manipulation de leurs données personnelles. En conséquence, elle respecte la législation française, les consignes et instructions des autorités ainsi que les bonnes pratiques relatives au traitement des données.

Les données personnelles et d’identification de l’utilisateur sont collectées uniquement à des fins spécifiques prédéfinies et légales.

Des mesures de sécurité physiques, électroniques ainsi que des procédures de sauvegarde en rapport avec la collecte sont assurées.

Le traitement des données personnelles est toujours justifié pour les opérations de la société Mathilde Guyard qui a défini en amont l’objectif de la collecte de données personnelles, sa manipulation ainsi que sa protection.

Le traitement des données de l’utilisateur est généralement basé sur une relation pertinente, des informations reçues lors de l’utilisation ou l’enregistrement d’un service ou du consentement de l’utilisateur.

L’utilisateur conserve le droit de vérifier quelles données le concernant ont été stockées dans les systèmes d’information de la société. Il peut également refuser l’utilisation de ses données.

  • Envoi et partage des données

La société Mathilde Guyard ne peut soumettre les données de l’utilisateur que conformément à la législation en vigueur.

La société Mathilde Guyard ne fait pas commerce des données collectées.

Les informations peuvent être soumises sur demande aux autorités pour les motifs spécifiés par la législation.

Les données peuvent également être soumises à des sous-traitants, auquel cas la société Mathilde Guyard veillera à ce que la confidentialité des données soit maintenue.

  • Personnes autorisées à gérer les données

Seules les personnes autorisées et dont le travail nécessite l’accès à ces données peuvent y avoir accès.

  • Durée de traitement et de stockage des données

Les données personnelles collectées sont traitées et conservées aussi longtemps que nécessaire à des fins de facturation, traitement des demandes et informations, gestion de la relation commerciale, analyse, réparation des pannes, de marketing ou d’enquête sur une mauvaise utilisation des données.

  • Site web, suivi des visites

La société Mathilde Guyard collecte également des données concernant les visites de sites web. Ces données comprennent l’adresse IP et le nom DNS correspondant, l’organisation qui a enregistré l’adresse IP, le nom et l’adresse de la page visitée, l’heure de chargement de la page et le type de navigateur.

  • Cookies

L’utilisateur peut consulter le site web de la société Mathilde Guyard de manière anonyme. Cependant, la société utilisant les cookies, lorsque l’utilisateur affiche le site web de la société, le cookie définit un numéro aléatoire pour le navigateur qui n’indique pas son identité. Les cookies permettent à la société Mathilde Guyard de déterminer quelles sont les sections les plus populaires de son site web, sur quelles pages se rendent les utilisateurs et combien de temps ils y restent. Ces données sont utilisées pour mettre en œuvre et développer des services et cibler des publicités sur les sites web.

De manière générale, les cookies enregistrent des informations relatives à la navigation des ordinateurs sur le site (pages consultées, date et heure de la consultation etc.), informations qui pourront être lues lors des visites ultérieures de la personne concernée sur le site avec transmission des données au responsable de traitement.

L’utilisateur peut empêcher le stockage du cookie en modifiant les paramètres de son navigateur.

  • Sécurité des données

La société Mathilde Guyard assure la sécurité des données de l’utilisateur en utilisant des méthodes proportionnées à la sensibilité de ces données, à la gravité des menaces ainsi qu’au coût qu’elles peuvent engendrer.

La société Mathilde Guyard utilise des mesures de protection physiques, administratives et techniques afin de garder secret les messages et les données d’identification transmis. Ces actions diminuent le risque que des données concernant l’utilisateur soient divulguées à des tiers et empêchent toute utilisation abusive ou autre accès non autorisé.

L’utilisateur est également tenu d’utiliser les méthodes les plus appropriées afin d’assurer la sécurité de ses propres données.

Blog

Blog

Quels chemins possibles pour l’atténuation du changement climatique ?

Les synthèses visuelles des 4 scénarios de l’ADEME sont en ligne ! Connaissez-vous les chemins qui peuvent nous faire gagner le défi de notre décennie ? La semaine dernière, alors que je peaufinais la conférence de présentation des 4 scénarios de l’ADEME que j’allais donner devant le Conseil Départemental de...

NoelenUtopie

Passez Noël en utopie

Découvrez et faites découvrir des romans, des nouvelles, des podcasts qui vous embarquent dans des transitions écologiques (plus ou moins) réussies ! Ce soir commencera le premier week-end de décembre. Traditions obligent, il sonnera l’ouverture officielle de la chasse aux cadeaux de Noël. Et pour les personnes engagées dans les...

MiniatureDurabL

DurabL vient renforcer l’offre de consigne à Rennes

Tout nouveau, tout beau, DurabL allie consigne et livraison à domicile pour démocratiser le vrac et le zéro déchet à Rennes. Allier sobriété et simplicité Ça ne vous aura sans doute pas échappé : être un consommateur responsable n’est pas toujours simplissime. Ce constat, Donatien Lemaître le faisait déjà en...

FacebookBroyage

Du masque au pouf d’ameublement, il n’y a que quatre pas !

Dans la famille des producteurs recycleurs je ne suis pas peu fière de vous présenter le tout nouveau tout beau projet de recyclage de masques en tissu usagés en… Poufs d’ameublement ! Mais parfaitement, vous avez bien lu : une équipe rennaise de choc et de charme va métamorphoser 72...

FBGreenCycletteNumResponsable

Green Cyclette au pays du numérique responsable : premier épisode

Il y a quelques semaines, j’ai entamé un travail de recherche sur le numérique responsable. Je dois dire que j’étais moyennement enthousiaste à l’idée de mettre mon nez dans la partie immergée de cet iceberg de nos vies quotidiennes. Plusieurs raisons à cela : D’abord, je suis une bille en...

coaching ecolo Green Cyclette Rennes

Nous Contacter

N’hésitez pas à nous contacter pour en savoir plus sur nos prestations ou pour que nous puissions échanger ensemble sur vos problématiques ou vos objectifs !