Mon bouquet en furoshiki

Mon bouquet en furoshiki

« Parce que des fleurs dans une cuisine, c’est joli »

Ça ne vous aura sans doute pas échappé, dimanche dernier était la fête des mamans. Quoi qu’on en pense (oui, elle a été créée pour encourager la natalité, oui elle a été récupérée par Pétain, et oui encore, elle favorise la sur-consommation), il est difficile de passer à côté… Je m’explique :

Chacun, selon ses traditions familiales et son histoire personnelle, en fait naturellement ce qu’il veut (y compris décider de l’ignorer). Ceci dit, je n’ai encore jamais rencontré personne qui ne connaisse pas cette fête et qui n’ait pas un avis sur la question (oh, détestable et merveilleux Clint dans Inspecteur Harry : les avis, c’est comme les trous du cul, tout le monde en a un. »). Moi, je trouve ça plutôt sain (un trou du cul, on en a tous besoin 😉 ). Ok, je sors…

Comme c’est moi qui ai la parole ;), je ne résiste pas à vous livrer mon avis sur la question (que ceux qui s’en fiche passent directement au paragraphe suivant). La fête des mères peut être à la fois un moment réellement émouvant (je suis aussi fleur bleue), et un sujet donnant lieu à de magnifiques rigolades (spéciale dédicace à Pierre Desproges et à son sketch la fête des enfants 🙂 )… Alors forcément, je l’aime bien moi, cette fête printanière…

Mes fleurs en furoshiki : stop au sur-emballage !

Autre chose qui ne peut vous avoir échappé : le bouquet de fleur est une valeur sûre pour cette fête des mamans. Pourquoi ? Comme le dit Biolay, « parce que des fleurs dans une cuisine, c’est joli ». Bon, on est pas non plus obligé de mettre les fleurs dans la cuisine. (fille + fleurs + cuisine, ça commence à faire beaucoup).

Les fleurs, on peut en mettre partout, y compris dans un furoshiki. Quand elles sont fraîches (les fleurs), j’aime beaucoup l’idée de l’accrocher à une poignée de porte pour que la personne à qui on veut les offrir les trouvent en arrivant chez elle ;). Quand elles sont sèches, le furoshiki est une super alternative au vase : on peut alors les suspendre à un porte manteau, une fenêtre, une chaise, un crochet… Et quand on a un furoshiki sur soi, on peut même éviter les sur-emballages chez le fleuriste ! Elle est pas belle la vie ?

J’ai utilisé ici un furoshiki Green Cyclette en tissu up-cyclé de 75 X 75 cm… Et si c’est l’occasion de la fête des mères que j’ai saisie, n’oubliez pas que les fleurs comme les furoshikis, ça peut être tous les jours de la vie !

Ce tuto vous a plu ? D’autres sont à retrouver sur le blog Green Cyclette. Et pour ne rien rater des prochaines, abonnez-vous à la chaîne Youtube de Green Cyclette, sa page Facebook et Instagram.

Comme d’habitude, je vous remercie pour votre générosité (likez, partagez autant que vous le voulez) et vous dis à vendredi pour mon prochain article sur les producteurs recycleurs !

Laisser un commentaire